Qualité de l'air

Nous inspirons chaque jour entre 15 000 et 30 000 litres d'air. Sa qualité constitue un enjeu majeur de santé publique. En ce sens, comme l'ensemble des intercommunalités de plus de 20 000 habitants, Clermont Auvergne Métropole s'est dotée d'un plan Air-Energie-Climat, qui intègre des mesures consacrées à l'amélioration de la qualité de l'air.

LA SURVEILLANCE DE LA QUALITÉ DE L'AIR

8 stations de mesures sont réparties sur le territoire de l'agglomération mesurant chacune plusieurs polluants. L'Observatoire ATMO-Auvergne-Rhône-Alpes (agréé par le Minsitère de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer) est en charge de cette surveillance et de l'information de la qualité de l'air.

Chaque jour, la qualité de l'air est traduite par un chiffre représentant le niveau moyen de pollution à laquelle la population est exposée, allant de 1 (très bonne qualité) à 10 (très mauvaise qualité).

UNE AMÉLIORATION GLOBALE

Sur ces dix dernières années, on relève une amélioration globale de la qualité de l'air sur l'agglomération. Certains polluants nécessitent toutefois une attention particulière. C'est le cas notamment des dioxides d'azote, essentiellement issus du trafic routier, qui se concentrent le long des grands axes de circulation.

UN PLAN DE PROTECTION DE L'ATMOSPHÈRE

Améliorer la qualité de l'air suppose d'agir principalement sur 3 grands axes :
- le transport routier
- le secteur de l'industrie
- le chauffage des batiments

L'agglomération clermontoise est couverte par un PPA (Plan de Protection de l'Atmosphère) qui définit les mesures et objectifs pour ramener les concentrations en polluants atmosphériques à un niveau inférieur aux valeurs réglementaires. Le PPA de l'agglomération clermontoise, élaboré par les services de l'Etat, a été approuvé en 2008 et révisé en 2014. Il s'appuie sur un comité de suivi auquel est associé Clermont Auvergne Métropole.