Extension de la Station d’épuration des Trois rivières

L'adaptation de la station d'épuration des Trois Rivières et la valorisation énergétique des boues font partie des projets phares de la Métropole en lien avec le Schéma directeur d'assainissement de la Métropole.

Le projet

Les équipements de la station des trois rivières seront étendus afin de pouvoir augmenter la capacité de traitement des eaux usées et pluviales.

Cette extension répond à l'objectif d'atteindre une meilleure qualité de l'eau en réduisant les rejets d'eaux usées et pluviales par temps de pluie et en améliorant la qualité des rejets après traitement. Ces aménagements sont complémentaires à la construction de 6 bassins de stockage restitution

Le projet s'inscrit dans le développement des énergies renouvelables. Il permettra de produire du biogaz à partir des boues de la station. 

Grandes lignes techniques :

  • construire un bassin de stockage restitution de 21 000 m³ en entrée (hauteur 13,20 m, diamètre 45 m) ;
  • créer un ouvrage de décantation primaire (production de boues primaires) ;
  • créer des ouvrages de valorisation énergétique des boues par la production de méthane (digesteur, gazomètre, purification du gaz, injection) ;
  • réaliser un plan d’investissements intégrant un plan de renouvellement d’équipements et d’économies énergétiques.

Fonctionnement de la station d'épuration

La station d’épuration des Trois Rivières traite les eaux usées de la métropole et, en partie, les eaux pluviales mélangées aux eaux usées dans les réseaux unitaires, afin de rejeter dans la rivière Artière, une eau de qualité conforme aux normes européennes. C'est un outil moderne et efficace d'une capacité de 425 000 équivalent habitants.

Le rôle des bassins de stockage-restitution

En cas de fortes pluies, afin d’éviter que les réseaux d’eaux usées et pluviales soient saturés, celles-ci sont redirigées vers le bassin de stockage-restitution. Une fois le réseau désengorgé, le bassin restitue les eaux dans le réseau pour qu’elles soient traitées à la station d’épuration.
La création de 6 bassins de stockage-restitution nécessite une adaptation de la station d'épuration qui devra alors traiter 2 millions de m³ supplémentaires. Le projet prévoit donc une capacité de stockage et de traitement des eaux beaucoup plus importante.

La valorisation énergétique des boues

Les boues d'épuration sont issues des processus de dégradation biologique lors de l’épuration. Ces boues sont valorisées en agriculture, par épandage direct ou après compostage.
Le projet d'extension de la station d'épuration comprend la construction d’un méthaniseur qui permettra de valoriser énergétiquement ses boues en produisant du biogaz (énergie renouvelable), de réduire le poids des boues et de les stabiliser. La vente de ce biogaz constituera une ressource financière supplémentaire pour la métropole.

 

 

Vue en perspective des futures installations

Au premier plan se trouve le Bassin de stockage-restitution. Le gazomètre secondaire et l'unité de purification du biogaz se situent sur sa dalle de couverture.

Les chiffres clés

  • 2 millions de m³ d’eaux usées qui ne seront plus déversées au milieu naturel
  • Réduction de 50% des rejets de pollution dans le milieu naturel
  • Production de 14 GWh par an de biogaz, l’équivalent du chauffage de 1400 logements

Plan de financement

Coût Global : 55 M€ HT
Financé par Clermont Auvergne Métropole avec l’aide financière de l’Agence de l’Eau Loire Bretagne, l’ADEME et la Région Auvergne Rhône Alpes.
Les recettes de vente de biogaz sont estimées à 1,5 M d’€ par an.


Le calendrier

Études
 
Lancement de l'appel d'offresAttribution du marché de conception-réalisation et lancement des études de conceptionÉtudes et instruction des demandes d'autorisation administrativesTravauxMise en service