Actualités et agendas

Coup d’accélérateur pour plus de vélos

18/02/2019 Mobilité

Afin d’encourager la pratique du vélo sur le territoire, Clermont Auvergne Métropole développe son vaste schéma cyclable (31 M€) qui lui permettra d’atteindre les 365 kilomètres de réseau cyclable structuré d’ici 10 ans. Elle prend aussi en charge l’abonnement au service de vélos partagés C.vélo. Une mesure qui fait largement ses preuves.

“C’est super pratique !”, s’exclame Morgan. Ce chargé d’études de 25 ans cherchait la solution idéale pour se rendre sur son nouveau lieu de travail. “J’habite trop loin pour y aller à pied, trop près pour y aller en voiture et le réseau de bus demande trop de changements, nous dit-il. Le vélo c’est parfait !” Pour Léa, étudiante en master d’aménagement des territoires, cette prise en charge est un sérieux coup de pouce. “Quand on est étudiante on ne peut pas se permettre de cumuler les abonnements, explique-t-elle. J’habite à Beaumont, je prends les transports en commun pour me rendre au centre-ville. Désormais je peux rejoindre la fac grâce au vélo.”

“Il faut juste être majeur pour en bénéficier”, précise Sylvie Noël, responsable des projets Rencontres Citoyennes de la Mobilité à Clermont Auvergne Métropole. Une carte bleue est également demandée comme caution pour l’utilisation des vélos. Après avoir renseigné quelques coordonnées succinctes sur le site Internet, vous obtiendrez un code qui vous servira ensuite pour utiliser gratuitement le service C.vélo.

Cette prise en charge de l’abonnement C.vélo s’intègre dans les projets Rencontres Citoyennes de la Mobilité et la volonté de développer les énergies vertes dans la métropole. “Le schéma cyclable prévoit de structurer complètement notre réseau afin d’arriver à plusieurs centaines de kilomètres d’itinéraires sans discontinuité”, ajoute Sylvie Noël.

“Ce projet s’accompagne d’une remise à niveau des infrastructures de stationnement, et d’actions de communication et de services visant à accompagner l’usager dans sa pratique du vélo. Nous allons également travailler à l’élaboration d’un code de la rue et soutenir le déploiement d’ateliers d’entretien et de réparation, ainsi que la création de vélo-écoles.”